DÉPENSES

Publié le par CB

ENCORE DES DÉPENSES

Les célébrations du 60e anniversaire de l’OTAN à Strasbourg en avril ont coûté plus de 16 millions d’euros à l’Etat français, soit autant que le sommet de l’Union pour la Méditerranée, dont la Cour des comptes avait critiqué le coût élevé dans son rapport sur la présidence française de l’Union européenne.

L’information, relevée par le quotidien économique “La Tribune”,  figure dans un rapport de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale présenté dans le cadre du projet de budget pour 2010.

Pour avoir le total des dépenses  françaises du sommet de l’Otan, il faut encore ajouter les financements apportés par le département et la ville et c’est “sans compter le coût des réparations après la casse provoquée par les manifestants anti-Otan”, poursuit le quotidien. A l’arrivée, le sommet de l’Otan d’avril 2009, qui a accueilli 28 dirigeants des grands pays - chaque délégation comprenait une trentaine de personnes -, près de 3.000 journalistes, et 11.000 gendarmes, restera l’une des conférences internationales les plus chères de l’histoire”, selon La Tribune.

Publié dans ECONOMIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Cela ne fait que justifier que pour habiller Pierre, il faut déshabiller Paul : à l'échec de Coppenhague, on associe le tout taxe carbone : et ainsi par ce nouvel impôt, Sarko contribue à élargir<br /> le fossé entre les nantis et les pauvres. Ceux du Sud et ceux du Nord, mais encore nous, les "au bas de l'échelle" et ceux qui sont un peu plus haut (leur chûte sera plus douloureuse !)<br /> <br /> Et puis comme l'écologie est à la mode, il ne se prive pas de récupérer un nouveau terrain de prédilection pour les futures élections. Après l'insécurité, l'écologie est un nouveau leurre pour<br /> appater les indécis et ainsi continuer la manipulation.<br /> <br /> La raison contre l'activisme. Voilà ce qui se jouera (peut-être)en 2010 lors des Régionales.<br /> <br /> La France recule, le chômage avance, la planète se détériore, et pourtant elle tourne dit-on. Mais le bon sens et la raison, comment convaincre qu'ils restent la seule perspective ? Faut-il que<br /> nous soyons ignorants pour nous laisser bêtement convaincre que seule la main de l'homme est responsable de la détérioration du climat. Utiliser la pauvreté de l'Afrique et des Pays du Sud comme<br /> l'ont fait le premier ministre et la vedette d'Ushuaïa pour convaincre de la nécesité d'un taxe, c'est répugnant.<br /> <br /> Depuis des siècles l'Afrique crève comme tous les pays où d'abord les conflits armés puis l'exploitation des richesses minières et pétrolières ont fabriqué leurs lots de pauvres et de famine. Le<br /> processus climatique était déjà bien enclanché. (preuve est donnée par les forêts fossiles que l'on retrouve dans le désert)<br /> <br /> Nous sommes capables de réduire les inégalités ; la planète est suffisamment riche en monnaie sonnante et trébuchante. Oui, mais il reste encore à partager...<br /> <br /> Le seul problème qui devrait nous préoccuper aujourd'hui, c'est l'augmentation de la population. Comment allons-nous nourrir les générations futures, alors que déjà des millions de personnes<br /> meurrent de faim ?<br /> <br /> Les injonctions paradoxales nous tombent sur la tête chaque jour : défendre le bio, oui, j'en suis, mais c'est de la gestion de la quantité produite qu'il s'agit de réfléchir au plus vite ! Parce<br /> que cette répartition, elle devient vitale pour les Pays du Nord.<br /> <br /> Edgar Morin, lorsqu'il décrit la pensée complexe nous donne une bonne leçon de civisme et de raison.<br /> <br /> Méditons, mais pas trop longtemps.<br /> <br /> <br />
Répondre