CPE TOUJOURS

Publié le par CB

Quand Villepin va t-il les entendre?

     La démonstration de force anti-CPE attendue jeudi 16 mars a bel et bien eu lieu. Près de 500 000 manifestants – étudiants et lycéens pour l'essentiel –ont défilé dans les villes de France pour demander le retrait du contrat première embauche. Rien qu’à Paris la manifestation aurait mobilisé 100 000 manifestants.
La fin de la manif a été perturbée, avec des altercations opposant un groupe de 200 à 300 personnes – qui ne participaient pas à la manifestation – aux forces de l'ordre au carrefour Sèvres-Babylone, à Paris.
« A n’écouter rien, à n’entendre rien, à ne voir rien, à ne dire rien, tout peut se produire. C’est bien là le risque qui est couru », avait averti le Premier secrétaire du PS dans l’après-midi. François Hollande avait mis en garde le gouvernement contre toute « tentation du pourrissement ». « Il ne pourra y avoir de dialogue, de discussion que si le CPE est retiré », a-t-il réaffirmé.
Pour Force ouvrière, en s'obstinant à maintenir le CPE « pour des raisons d'orgueil, le Premier ministre rend impossible le dialogue social ».

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Pour plus de 7 Français sur 10, le mouvement actuel de protestation contre le contrat première embauche (CPE) reflète une crise sociale profonde et durable, selon un sondage BVA publié lundi par Libération.
Répondre
E
Quelque 450 délégués étudiants, rassemblés dimanche 19 mars à Dijon en une coordination nationale, ont voté dans la nuit un appel à une grève interprofessionnelle jusqu'au retrait de la loi sur l'égalité des chances, dans laquelle figure le contrat première embauche (CPE).
Répondre
E
CPE : les Français s'inquiètent d'une "crise sociale", M. de Villepin ne répond pas à l'ultimatum
Répondre
R
Le CPE est déjà derrière. De toute façon le code du travail est trop compliqué, c’est comme les impôts, trop de monde trouve son pain, sa raison de vivre professionnelle, dans cette complexité. Les uns inventent des règles incompréhensibles, les autres au sein des organisations socioprofessionnelles passent leur temps à les expliquer<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> Il faut taper un grand coup pour une loi forte sur un sujet qui rassemble, sortir les média de leur torpeur. Ce 19 mars, les éditorialistes du Midi Libre Claude IMBERT, Stéphane DENIS, Christine CLERC et Jacques JUILLARD se démarquent de la rue. Pour Jean MATOUK c’est un peu différent. Globalement sur le même ton, il se démarque avec un éloge de KEYNE inapplicable à une économie mondialisée.<br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> Je propose une réforme qui touche à la chair du parlement… la parité dans vos rangs… voir mon article sur http://balajade.over-blog.com/ . Osez une proposition de loi qui vous touche !<br />  <br />
Répondre
C
Il est vrai que certains textes mériteraient d'être simplifiés, mais il n'est pas nécesssaire de faire des empilements par catégories
I
Le tollé suscité chez les syndicats étudiants par le contrat première embauche (CPE) rappelle la vague de protestation qui avait accueilli le "SMIC-jeunes" en 1994, un contrat spécifique pour les 18-25 ans que le gouvernement avait retiré après plus d'un mois de contestation.
Répondre